RESILIENCE DE L’AGRICULTURE AU CLIMAT DANS LE BASSIN DE L’OUEME: Le Fvc et la Fao en unité d’action

0 120

Les impacts du changement climatique auxquels font face les producteurs du bassin de l’Ouémé menacent la productivité agricole de la région, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des personnes qui dépendent de l’agriculture pour leur bien-être. Pour remédier à ce problème, un projet permettant de faire l’agriculture résiliente au climat est financé sur six ans.

Par Nawas TOUGLO

Ouf de soulagement pour les agriculteurs du bassin de l’Ouémé. En effet, le Fonds vert pour le climat (Fvc) a approuvé l’initiative du gouvernement du Bénin et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) pour la résilience climatique du bassin de l’Ouémé. Cette initiative vise à renforcer la résilience climatique des communautés vivant dans le bassin, et à réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de la foresterie et de l’utilisation des terres. Environ 330 000 petits agriculteurs bénéficieront directement des activités du projet, tandis que la population du bassin, qui compte environ 6 millions de personnes, en bénéficiera indirectement. Les meilleures pratiques de gestion des terres et de l’eau résilientes au climat seront appliquées sur 95 000 ha dans le bassin de l’Ouémé.
L’objectif principal du projet est de réduire la vulnérabilité des communautés rurales du bassin de l’Ouémé aux facteurs de stress climatique et aux événements météorologiques extrêmes, tels que les crues soudaines et les sécheresses. Il permettra aussi d’améliorer la productivité agricole et de renforcer la résilience climatique de l’ensemble de cette population grâce à l’agroforesterie et à l’agriculture résiliente au climat.
Pour un budget de 35 millions d’Us, composé d’une subvention de 18 millions du Fvc et un cofinancement de 17 millions de la Fao, en partenariat avec les ministères de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep), du adre de vie et t du développement durable (Mcvdd) et du Fonds national pour l’environnement (Fnec) qui sont des partenaires, ce projet permettra à terme de donner du sourire au monde agricole de la vallée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.