Campagne agricole 2023 2024
Voici ce qui fait courir le ministre DOSSOUHOUI dans les champs de coton

1 658

Le Gouvernement prend très au sérieux la menace des cotonculteurs de boycotter la campagne agricole qui vient de démarrer. En témoigne la descente urgente du ministre Gaston Dossouhoui dans le bassin cotonnier. Une descente qui se mue en un marathon de sensibilisation toute la semaine écoulée auprès des cotonculteurs. Le Ministre de l’agriculture, dans son périple s’est fait accompagner des représentants de l’Association interprofessionnelle du Coton (Aic) et de l’Institut de recherche sur le coton (Irc).


C’est un secret de polichinelle ! Le monde paysan au Bénin est en colère contre le Gouvernement Talon. A l’origine de cette situation, les différentes reformes de l’Etat qui ont conduit à la chute du prix de certains produits agricoles tels que le soja, l’anacarde et le karité, notamment. De nombreux paysans ont tôt fait de penser que cette situation n’est rien d’autre que les conséquences de mesures draconiennes pour les contraindre à la culture du coton dont le monopole de la commercialisation est détenu seulement par la SODECO, l’une des entreprises de la famille Talon. C’est donc pour manifester leur mécontentement que certains cotonculteurs pour la plupart céréaliers aussi auraient décidé de délaisser la production du coton. Comme une trainée de poudre, la rumeur s’est très rapidement répandue jusqu’à tomber dans les oreilles du locataire du palais de la Marina. Le Président Patrice Talon, lui-même magnat de l’or blanc avant de prendre les reines du pays en 2016, n’aurait pas pris l’information à la légère. Il a dépêché son Ministre de l’agriculture pour rencontrer les frondeurs afin d’aplanir les divergences. Ainsi, le Ministre Gaston Cossi Dossouhoui et sa délégation composée des représentants de l’Association interprofessionnelle du coton (Aic) et de l’Institut de recherche sur le Coton (Irc) sont dans le bassin cotonnier depuis quelques jours déjà. Banikoara, Kandi, Gogounou, Bembérékè, Nikki pour ne citer que ceux-là ont été visités. Mêmes les bonnes pratiques culturales du coton ont été enseignées aux producteurs sur place par la délégation du ministre comme pour dire que les techniciens à qui incombe cette tâche ont échoué…


L’objectif visé est clair, ramener les cotonculteurs en de bons sentiments et leur rappeler combien il est important pour le pays de maintenir sa dynamique actuelle dans cette filière afin de ne pas faire chuter les agrégats économiques. En effet, ces dernières années, le Bénin s’est illustré positivement dans la production cotonnière terminant à plusieurs reprises premier devant des pays comme le Mali, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo, non pas sans conséquence positive sur l’économie du pays. Cette ascension rendue possible grâce aux différentes politiques du Gouvernement de la rupture doit être maintenue selon le Ministre Dossouhoui. « Lorsque l’heure de produire le coton sonne, personne ne peut nous diviser et nous distraire. Nous n’allons jamais nous détourner de ce qui nous permet de subvenir à nos besoins, de mettre nos enfants à l’école… C’est d’abord à votre bénéfice et ensuite pour la nation entière » a-t-il déclaré à chaque étape de sa tournée. En retour, les cotonculteurs ont rassuré l’émissaire du Gouvernement qu’ils n’entendent pas céder aux appels à la démobilisation, lancés selon eux, par des personnes de mauvaises foi tapies dans leur rang. Et le moins que l’on puisse dire est que du point fait aux différentes étapes, les superficies emblavées actuellement dépassent globalement celles mises en place à la même période la campagne écoulée, malgré les caprices actuels de la pluviométrie. Cependant, pour s’assurer d’une bonne campagne, la délégation invite les producteurs au respect strict des techniques de production notamment la mise en œuvre du nouveau programme de traitement.
Rendez-vous à la récolte pour faire le point !

Jacques D. BOSSE Contact : 95795555

1 commentaire
  1. Chabi nara yacoubou dit

    Le gouvernement actuel est en train de se tromper largement. Notre chef de l’État avec sa bande n’a qu’à comprendre que le monde paysan a compris leur jeu. C’est lui avec sa bande que le coton profite. Ils nous font croire que le développement du pays les préoccupe alors que c’est le contraire sinon comment peut on comprendre avec les difficultés que les
    Producteurs font face pour produire, sans l’aide de l’État et c’est là vous trouvez à leur arracher leurs produits pour aller les revendre cher. Vous êtes les ennemis de la République monsieur le ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.