AGROBUSINESS AU NORD BENIN : Innocent Yago, une étoile montante

0 146

Fils de paysan, Innocent Yago est l’un des plus grands Fermiers de la commune de Matéri dans le département de l’Atacora. Son secret, il a très vite nourri une passion pour la terre et le moins que l’on puisse dire est qu’il ne regrette pas aujourd’hui son choix. Votre rédaction est allée à la rencontre de ce jeune Entrepreneur agricole. Il a partagé avec nous son parcours, ses expériences et ses objectifs pour le futur.

Par Jacques D. BOSSE

C’est en classe de Première qu’Innocent Yago va opérer un choix qui fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. Il y a environ quinze ans, il a très tôt compris que son avenir se trouvait dans les champs plutôt que dans un hypothétique bureau de fonctionnaire d’Etat. A un an de passer le Baccalauréat, ce diplôme tant convoité, il décide d’abandonner les classes ou du moins d’abandonner l’enseignement secondaire pour s’orienter vers la formation professionnelle. C’est ainsi qu’avec les conseils et le soutien de son oncle maternel, Innocent fit son entrée au centre Songhaï, site de Parakou pour plusieurs années de formation ponctuées de cours théoriques mais surtout pratiques. Il ressort prêt à faire valoir son savoir-faire sur le terrain. Il sera alors sollicité par les responsables d’une ferme située à Natitingou. Cette expérience ne fut pas trop concluante et Innocent décide de voler de ses propres ailes mais non sans difficultés : « Je suis allé commander des poules pondeuses et j’ai démarré ma ferme comme ça. Quand j’avais commencé, c’était dans la médiocrité, ce qu’on ne pouvait pas imaginer. C’était avec un hangar en bois. En saison des pluies, j’ai utilisé les sacs de 100 kilos pour faire une clôture grâce à la femme de mon oncle qui me les a donnés. C’était tellement difficile », nous a-t-il confié. Malgré les difficultés, Innocent Yago savait que sa réussite passait par ce parcours de jeune Entrepreneur et n’a jamais abdiqué. Bien au contraire, il a fait preuve de persévérance; ce qui lui a valu d’être repéré par une Organisation Non Gouvernementale du nom de « Bénin Develop ». Cette Ong va l’aider à réaliser un forage et agrandir son projet. « Après la réalisation du forage, moi-même je me suis battu et j’ai construit un petit château façon, j’ai acheté un tank de 1500 litres que j’ai posé déçu et c’était parfait. Et j’ai commencé avec 10 moutons, c’est-à-dire 9 femelles et 1 mâle. En 7 ans, je comptais plus de 200 moutons sur la ferme et puis j’ai réalisé beaucoup de choses à base de ces moutons. J’ai roulé au moins 4 voitures qui ont été achetées par l’argent des moutons. » Vous l’avez compris. Innocent Yago n’est plus le même homme qu’il y a quinze ans. Son abnégation a payé et il est aujourd’hui un entrepreneur épanoui mais toujours prêt à relever d’autres défis : « Moi j’ai fait le centre Songhaï à Parakou et mes objectifs c’est de créer un centre digne du centre Songhaï. Et vous le savez le centre Songhaï a beaucoup de sites, Parakou, Porto-Novo, Savalou etc. Et dans l’Atacora il n’y a pas un. Donc je veux créer un de ce genre même si les moyens font défaut pour l’instant.» Justement, notre entrepreneur veut pouvoir compter sur l’appui du Gouvernement et des autorités locales pour continuer à donner une dimension plus grande à sa ferme où il reçoit depuis un bon moment des stagiaires qui viennent aussi bien des centres de formation publics que privés et même de l’Europe pour se perfectionner. Marié, Innocent continue d’apprendre lui-même en voyageant pour découvrir ce qui se passe dans d’autres pays et lance un appel aux jeunes qui attendent toujours d’être recrutés dans la fonction publique. « Je vous assure qu’au Nord Bénin précisément dans l’Atacora et dans la commune de Matéri, il ne devrait pas avoir de chômage. Il y a beaucoup d’ouverture où les jeunes peuvent s’insérer et devenir eux mêmes. Moi ce que je vais dire aux jeunes c’est de penser à la créativité, qu’ils ne restent pas là pour attendre l’État qui ne peut pas satisfaire tout le monde et nous sommes les enfants des paysans. Aujourd’hui si l’État doit me recruter, si on ne me donne pas un million à la fin du mois je ne vais pas m’en sortir parce quand j’évalue mes dépenses, elles sont énormes. » Elevé par ses grands-parents dans un village appelé Kantchoua dans la commune de Matéri, Innocent Yago n’a connu son père qu’à l’âge de 30 ans. Mais sa réussite est aujourd’hui citée en exemple dans toute la commune et même au-delà du département de l’Atacora. Une belle inspiration pour la jeunesse, n’est-ce pas?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.