Diversification des filières d’exportation : Le Bénin importe 8800 plants de manguiers du Mali

0 60

La commune de Klouekanmey a abrité le jeudi 08 août dernier, la cérémonie de remise de 8.800 plants de manguiers à 24 producteurs de la zone de développement agricole pôle 5. Un pôle qui regroupe 14 communes des départements du Couffo et du Zou. La cérémonie a été présidée par le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep) en présence des autorités politico- administratives des deux départements.

Par Jacques D. BOSSE

Le gouvernement béninois veut insuffler un nouveau dynamisme au secteur agricole. Après la relance des filières vivrières, c’est autour de la filière mangue que l’État central porte désormais une attention particulière. L’objectif affiché est de planter 4000 hectares de manguiers d’ici 2021 afin de faire de ce fruit, une grande filière d’exportation. Et pour y arriver, le gouvernement à travers le Maep, a importé du Mali, 8.800 plants de manguiers greffés de la variété « Kent ». Une variété qui n’a pas été choisie au hasard puisqu’elle est très prisée sur les marchés étrangers, notamment dans les pays de l’Union Européenne et du Maghreb, qui sont très exigeants en matière de qualité et de rendement. Les 8.800 plants ont été distribués à 20 producteurs à raison de 400 par tête pour une expérimentation sur une superficie de 40 hectares. Les bénéficiaires sont des producteurs de la zone agricole pôle 5, qui regroupent 14 communes des départements du Couffo et du Zou. La cérémonie officielle s’est déroulée à Hountokpa, un hameau du village de Aglali dans la commune de Klouekanmey et a permis aux autorités de mettre en terre des plantes. Des autorités dont la directrice de l’Agence Territoriale de Développement Agricole (Atda) Zou-couffo, le Maire de Klouekanmey et le Préfet du Couffo qui ont pris l’engagement d’œuvrer pour la réussite de cet ambitieux projet du gouvernement. Le ministre de l’agriculture, Gaston Dossouhoui, a, quant à lui, rappelé que l’objectif est la diversification des filières d’exportations. « La promotion de la filière mangue découle de la volonté du gouvernement de diversifier les filières à l’exportation et marque un pas géant dans la mise en œuvre du volet agriculture du Programme d’Action du Gouvernement (Pag) » déclare-t-il sans oublier de clarifier que l’étape de Klouekanmey n’est qu’une phase expérimentale. « Il s’agit d’une action pilote mais qui servira de noyau pour la reproductivité et la plantation de 4000 hectares au moins d’ici 2021 à l’échelle du pays probablement dans les pôles 2, 3, 4 et 5. Notre conviction est qu’une bonne exploitation des potentialités agricoles locales permette de générer durablement de la nourriture, des revenus et des emplois » a laissé entendre le ministre. A l’en croire, les politiques de facilitation d’implantation des unités performantes de transformation des mangues par le secteur privé seront menées. Autant dire donc que la filière mangue a de beaux jours devant elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.