Accès à la terre des populations rurales et vulnérables : Le ProPFR dresse son premier bilan d’activités

0 55

A Komiguéa dans la commune de N’Dali, les autorités du Projet de Promotion d’une Politique Foncière Responsable (ProPFR) et plusieurs responsables des structures de l’Etat, des Organisations de la Société Civile (Osc), et autres partenaires du milieu rural se sont retrouvés pour partager, capitaliser et valider le bilan dudit projet au terme de sa première phase. Les échanges se sont déroulés du 23 au 25 Octobre 2019, au cours d’un atelier, et ont permis de jeter les bases de la nouvelle orientation à donner au ProPFR.

Par Henry DOSSOU

Le Projet de Promotion d’une Politique Foncière Responsable (ProPFR) dresse son premier bilan au bout de trois ans d’activités sur le terrain. En initiant un atelier de présentation des résultats, les responsables de ce projet ont mis un accent particulier sur l’approche du partage, et de la capitalisation avec ces différents partenaires. Et pour cause, par cette approche, ils entendent passer au peigne fin tous les aspects positifs en vue de poser les jalons de la nouvelle orienta tion à donner au projet. Pour l’essentiel, depuis sa mise en œuvre en 2016, le projet a enregistré plusieurs résultats. Dans un premier temps, c’est le Chef du ProPFR, Dr. Bruno O’heix, qui dresse la liste. Entre autres, il note : « le démarrage effectif et l’amélioration des conditions de délivrance de l’Attestation de Détention Coutumière (Adc), la formalisation des droits d’usages des paysans sans terre, la clarification des droits fonciers et la collecte de données foncières dans 27 vil lages… ». L’appui du Tribunal de première Instance de Parakou pour opérationnaliser à l’avenir 7 tribunaux de conciliation demeure l’un des résultats clés du projet. Au regard de ce bilan plus qu’encourageant, le Président de l’Association de Développement des Communes du Borgou (Adecob), Oumarou Lafia, a mis en exergue l’Approche Systématique Groupée (Asg) prônée le ProPFR. Une approche novatrice dira-t-il qui a permis au bout seulement de 6 mois de collaboration avec le projet d’atteindre des résultats « très élogieux ». Il cite, pour preuve, la sécurisation des terres cultivables de 600 femmes dont pour 470 ont été formalisé contre zéro franc. De même, 347 ménages ruraux ont désormais, grâce au ProPFR, leurs terres cultivables sécurisées. Toujours dans ce cadre, la demande de 1288 Adc dans les mairies, pendant cette période de collaboration, donne la preuve du bien-fondé du Projet. Plus loin, il va noter les 731 Adc émis par les communes pour la sécurisation de 6500 hectares et les 506 contrats types signés au profit de 2389 hectares de terres agricoles. Il révèle également que sur appui du ProPFR, les acteurs des collectivités locales, des Osc…, sont formés et les dispositifs institutionnels renforcés. Autant donc de réalisations, pour les participants et partenaires réunis à cet atelier qui ont de quoi donner des motifs d’encouragement pour prolonger la durée du projet. Pour rappel, le ProPFR est financé par la coopération Allemande dans le cadre de l’initiative « Un monde sans faim ». Il a pour objectif de faciliter l’accès à la terre pour les populations rurales. Sa zone d’intervention est le département du Borgou principalement dans les communes de Bémbèrèkè, Kalalé, N’Dali, Sinendé et Tchaourou.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.