Gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs au Bénin:
Le code pastoral désormais en vigueur pour limiter les dégâts

0 122

Le gouvernement de Patrice TALON est décidé à mettre un terme aux nombreux conflits engendrés par le pastoralisme. Il vient une fois encore le démontrer à travers l’adoption du décret d’application de la loi n° 2018- 20 du 23 avril 2019 portant code pastoral en République du Bénin. C’était lors de sa séance hebdomadaire du Conseil des Ministres en date du 7 juin 2023.

Pour mieux réorganiser le sous-secteur de l’élevage, notamment le pastoralisme au Bénin, le Président Patrice Talon a pris plusieurs mesures; surtout en vue de limiter les conflits entre agriculteurs et éleveurs. Plusieurs décisions ont été prises dans ce sens dont entre autres, la mesure d’interdiction de l’entrée des transhumants étrangers sur le territoire béninois, adoptée le 26 décembre 2019 en Conseil des Ministres. Ceci en vue d’atteindre l’objectif qu’il s’est fixé et qui consiste à obtenir « zéro pertes en vies humaines » dans le cadre de la transhumance transfrontalière. C’est une mesure qui fait suite à celle prise en Conseil des Ministres du mercredi 11 novembre 2019 et qui consacre la circonscription des zones de transhumance dans notre pays. Ces zones sont définies entre les Collines; de la latitude Nord de la commune de Dassa-Zoumè à la latitude Sud de la commune de Glazoué et jusqu’aux frontières Nord du pays.
La récente décision, en date du conclave gouvernemental du mercredi 07 juin 2023 est relative au décret d’application de la loi n° 2018- 20 du 23 avril 2019 portant code pastoral en République du Bénin. Par cette mesure normative, le gouvernement de la rupture et du nouveau départ affiche encore une fois sa volonté nette de mettre fin aux conflits entre agriculteurs et éleveurs. C’est dire que l’adoption du code pastoral est une décision de plus pour soulager les acteurs des sous-secteurs de l’agriculture et de l’élevage car, plus rien ne sera comme avant dans la gestion de la transhumance frontalière voire transfrontalière et dans la conduite du pastoralisme en général. Mais une chose est de prendre un décret d’application et l’autre en est réellement de tout faire de façon pratique pour sa mise en œuvre. Là-dessus, le gouvernement et les différents acteurs devront travailler en synergie d’action.
Ce code faut il le rappeler, vise à déterminer les règles et les principes fondamentaux applicables en matière de pastoralisme en République du Benin, et s’applique principalement à l’élevage pastoral des espèces bovine, ovine, caprine, cameline, équine et asine.
Son respect scrupuleux pourrait conduire à limiter, voire enrayer les nombreux conflits parfois très sanglants et meurtriers entre agriculteurs et éleveurs au Bénin.


Madeleine TAMA N’GOYE & Nadjahatou BAGUIRI (Stagiaires) Contact : 95795555

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.