Transformation des matières premières agricoles au Bénin : La zone industrielle de Glo-Djibé exporte ses premières noix de cajou vers Dubaï

0 588

Installée sur le territoire de Glo- Djibé, un arrondissement de la commune d’Abomey-Calavi au Bénin, la zone industrielle de transformation, GDIZ abrite plusieurs industries et sociétés de transformation et de production. Elle a été implantée pour favoriser la transformation locale des produits agricoles tels que le coton, les noix de cajou, l’ananas, les noix de karité et le soja. Ainsi, ce mercredi 19 juillet 2023, la première exportation de noix de cajou issus de cette zone a eu lieu.

Ces premières noix de cajou transformées sur place sont issues de l’une des 5 Unités de transformations de noix de cajou installées dans la GDIZ. Cette première cargaison contient 32 tonnes de noix de cajou made in Benin répartis dans deux conteneurs à destination de Dubaï. Selon les explications de Letondji Beheton, directeur général de la Société de Promotion de l’Industrie (SIPI- Bénin), « au Bénin nous produisons à peu près 200 mille tonnes de noix de cajou et nous avons une capacité de transformation d’à peu près 40 mille tonnes. Mais de ces 40 000 tonnes c’est seulement 20 mille tonnes qui sont réellement transformés ». « Désormais la tendance sera inversée et nous allons pouvoir transformer à minima 100 mille tonnes de noix de cajou et progressivement augmenter la capacité de transformation de cette zone à 200 mille tonnes par an » ajoute-t-il. C’est la preuve de l’implication directe du directeur général de la société de promotion de l’industrie (SIPI-Bénin). Au plan environnemental rassure le directeur, une réduction de l’empreinte carbone est faite.

Par ailleurs, le trajet d’exportation n’est plus exactement le même parce que les noix de cajou du Bénin n’iront plus de l’Asie vers l’Europe, de l’Europe vers les États-Unis, mais directement du Bénin en direction des marchés européen, américain et Asiatique. Ce nouvel exploit du gouvernement permettra de créer de la valeur, car selon Letondji Beheton « l’Afrique est responsable de 67% de la production de noix de cajou brut annuellement et seulement 6 % de cette production est transformé ».

 L’engagement pris par le chef de l’état Patrice Talon de transformer l’économie béninoise en mettant fin à la vente des matières premières agricoles se concrétise progressivement, et le Bénin n’exportera plus ses noix de cajou de façon brute, puisque l’expertise de transformation existe sur place désormais et présente plusieurs avantages pour le Bénin.

Nadjahatou BAGUIRI (stg)

Contact: 95 79 55 55

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.