SUBVENTION DE CERTAINS INTRANTS AGRICOLES POUR LA CAMPAGNE 2024-2025 AU BÉNIN : Les paysans toujours insatisfaits

0 176

Au cours du conseil des ministres du mercredi 17 avril 2024, le gouvernement Béninois a pris d’importantes décisions pour le soutien de la campagne agricole 2024-2025. Parmi celles-ci, on note en bonne place la subvention du prix des engrais chimiques, d’un montant total de 24.400.000.000 FCFA. Cette action du gouvernement fait ramener le coût de l’engrais NPK toutes catégories à 340 CFA le kg, soit 17.000 FCFA le sac de 50 kg au lieu de 24.000 FCFA; l’engrais UREE à 300 FCFA/kg, soit 15.000 FCFA le sac de 50 kg au lieu de 19.500 FCFA ; l’engrais SSP à 280 FCFA/kg, soit 14.000 FCFA le sac de 50 kg; l’engrais KCl à 280 FCFA/kg, soit 14.000 FCFA le sac de 50 kg.
Cette décision du gouvernement au lieu d’être appréciée par l’ensemble des producteurs, fait plutôt l’objet de sévères critiques de la part de certains.

Pour Paul Sounon, président de l’association des Sojaculteurs du Bénin, cette décision du gouvernement ne peut être considérée comme un soutien aux producteurs. «Moi je suis fort étonné d’apprendre que le gouvernement a soutenu les producteurs. Je ne sais pas dans quel sens.» se demande -t-il. «Aujourd’hui, nous sommes tous des producteurs avertis. Nous ne sommes plus des producteurs d’avant et en toutes choses tout ce qu’il faut faire il faut du calcul. D’abord, le nettoyage d’un d’hectare de terre cultivable est à 16000.Si vous finissez il faut de l’herbicide. L’herbicide là seul fait 7000, le labour 40000 etc. Toutes les dépenses qu’il faut faire d’abord avant les semis, si vous calculez c’est à dire du nettoyage au semis, jusqu’à la récolte seul d’abord, ça va à 189 000. Pour un hectare de culture, il faut mettre quatre sacs de NPK ce qui fait 86000 selon leurs prix et les deux URÉE 30000. Donc sa fait 98000. Maintenant il y a le traitement automicite et Bella etc. Le traitement seul est à 126000. Dans un hectare c’est à dire du nettoyage du semis, des traitements tout confondus, les dépenses s’élèvent à 413000 pour un hectare. Voilà maintenant si vous avez eu la chance d’avoir la tonne on vous prends ça à 300000 comme ça vous avez une perte de 113000 d’abord.» explique le président de l’association des sojaculteurs du Bénin.

Ainsi, Paul Sounon invite plutôt le gouvernement à une approche d’amélioration du prix de vente des produits. «Ce que nous attendons du gouvernement, nous n’avons pas besoin de leurs engrais, il suffit de prendre nos produits à un prix normal c’est tout. Parce que c’est nous qui produisons nous savons ce qu’on a dépensé donc c’est à nous de fixer le prix et de vendre au prix abordable simplement. Le sac à 14000 on ne s’en sort pas, maintenant on nous l’envoie à 17000 par quel miracle nous allons nous en sortir ! Je ne sais pas si le gouvernement s’écoute lui-même» lance-t-il.

On se débrouille pour faire l’agriculture. Mais à entendre le prix de l’engrais Npk à 17000 pour la campagne prochaine, cela nous décourage déjà déclare M’po Alassane cultivateur à Parakou. « Pour nous les cultivateurs, c’est un calvaire. Il n’y a plus de bénéfice dans ce que nous faisons. Un sac d’engrais fait un quart. Les dépenses que nous faisons, ce n’est pas la joie, si nous allons calculer tout ça » explique t-il.

Face aux difficultés auxquelles ils sont exposés, les agriculteurs demandent au gouvernement béninois de revoir le prix des l’engrais à 14000 comme la campagne écoulée et d’arbitrer le renchérissement des prix de vente des produits agricoles, notamment le soja, le cajou et le coton «Qu’on nous laisse l’engrais à 14000 comme l’année dernière. Le gouvernement doit revoir le prix des intrants et favoriser la concurrence des prix de nos produits afin de nous permettre de vivre aisément du de nos labeurs» propose le cultivateur N’tcha Martin.

Moudachirou ALIOU / Contact : 95795555

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.