En vue d’imprégner les éleveurs des textes régissant leur secteur : Anoper-Bénin en tournée de vulgarisation dans la Donga.

0 117

Le sous-secteur de l’élevage est en route vers de nouveaux horizons. C’est, en tout cas, l’un des objectifs poursuivis par l’Association Nationales des Organisations Professionnelles des éleveurs de Ruminants (Anoper-Bénin) à travers sa tournée du mercredi 10 au samedi 13 novembre 2021 avec pour point de mire de sensibiliser les acteurs de ce sous-secteur sur les textes régissant leur sous-secteur.

Par Jacques D. BOSSE

Rien ne sera comme plus avant dans le sous-secteur de l’élevage au Bénin. C’est du moins, la nouvelle dynamique dans laquelle s’inscrit l’Association Nationale des Organisations Professionnelles des Eleveurs de Ruminants (Anoper-Bénin). En effet, cette organisation faîtière a entrepris du mercredi 10 au samedi 13 novembre une tournée dans plusieurs localités du département de la Donga. Conduite par son Président, cette association faîtière est allée sensibiliser ses membres sur le code pastoral, le code foncier et domanial, la sédentarisation mais aussi sur ses missions. De Partago à Bassila en passant par Copargo et Ouaké, Alfa Aboubakar Tidjani et sa délégation ont échangé avec les éleveurs de ruminants sur les thématiques suscitées. Des exposés en français comme en langue nationale fulfuldé suivis de débats ont permis, à chaque étape, d’éclairer la lanterne des éleveurs non seulement sur le code pastoral, le code foncier et domanial mais aussi sur les questions de leur sédentarisation. Par ailleurs, à l’étape de la commune de Copargo, la question de l’installation des groupements d’éleveurs dans les arrondissements et certains villages a été évoquée. Le Président Alfa Aboubakar Tidjani a exhorté les éleveurs à corriger ce dysfonctionnement en vue de renforcer l’Union Communale des Organisations Professionnelles des Éleveurs de Ruminants (Ucoper), l’Union Départementale des Organisations Professionnelles des Éleveurs de Ruminants (Udoper) voire même l’Anoper. L’autre anomalie dont l’Anoper s’engage à corriger est celle du manque d’un marché à bétails à Copargo. Il faudra cependant que les éleveurs de la commune respectent les textes en la matière. Justement à ce niveau, le Président de l’Ucoper de Copargo, Alladji Abdoulaye Séïbou a donné l’assurance que la demande d’un site qui devrait abriter un marché à bétails dans la commune est déjà soumise aux autorités de la Mairie. De son côté, l’Anoper promet œuvrer pour que ce marché puisse voir le jour au cours de l’année 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.