Financement du secteur agricole: Le Gouvernement valide la stratégie nationale sur la période 2021-2030.

0 87

. 220 milliards de Francs Cfa d’investissement à mobiliser

A la faveur du Conseil des Ministres du mercredi, 10 novembre 2021, le Gouvernement a donné son approbation pour la stratégie nationale de financement du secteur agricole sur la période 2021-2030. A travers cette nouvelle feuille de route, l’Exécutif vise à révolutionner l’agriculture béninoise.

Jacques D. BOSSE

« L’objectif poursuivi en élaborant cette stratégie est d’exploiter au mieux le potentiel agricole de notre pays et d’en tirer de substantiels revenus au profit de l’économie nationale », peut-on d’entrer lire dans le relevé du Conseil des Ministres. En clair, le nouveau document envisage de créer les conditions favorables à l’amélioration et à la compétitivité des systèmes d’exploitation agricoles. Plus loin, il participe également à la création de petites et moyennes entreprises en lien avec les différentes chaines de valeur agricole. Ceci suppose la facilitation de l’accès des acteurs du secteur aux facteurs de production surtout aux services financiers. Pour y arriver, le Gouvernement table sur la mobilisation d’investissements importants estimés à 220 milliards de Francs Cfa. Ce fonds sera destiné à trois grands programmes à savoir : le renforcement du cadre institutionnel et réglementaire du financement agricole pour 5, 256 milliards de Frans Cfa ; le développement de mécanismes propres au financement du secteur agricole pour 212, 5 milliards de Francs Cfa ; enfin le renforcement des structures d’appui aux entreprises agricoles et aux organisations de producteurs pour 2,2 milliards de Francs Cfa. Cette stratégie nationale de financement du secteur agricole sur la période 2021-2030 viendra, par ailleurs, renforcer les interventions de l’État ainsi que celles des partenaires du secteur privé et des institutions de financement de façon coordonnée, harmonieuse et durable. On peut donc dire sans risque de se tromper que c’est une nouvelle ère qui s’annonce pour l’agriculture béninoise, un secteur qui jusqu’ici occupe plus de 70 pour cent des béninois et contribue pour 32,7 pour cent en moyenne au Produit Intérieur Brut (PIB).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.