Lancement du Projet AgriJob Booster Bénin : Bientôt 3.000 jeunes sortis du chômage dans le Borgou.

0 116

L’amphithéâtre mille de l’Université de Parakou a servi de cadre le mercredi 09 décembre 2020 au lancement du projet AgriJob Booster Bénin (Ajb). Une initiative du consortium Dedras Ong, Woord en Daad une organisation non gouvernementale Néerlandaise et la Plateforme Béninoise pour la Sécurité Alimentaire (Pbsa) avec l’appui technique et financier de l’Union Européenne. Le projet prend en compte cinq communes du département du Borgou et vise à booster les emplois agricoles pour les jeunes. La cérémonie de lancement a connu la présence de plusieurs autorités politico administratives du département, du Représentant du Directeur Général de l’Agence Nationale pour l’Emploi (Anpe) ainsi que des bénéficiaires

Par Jacques D. BOSSE

Renforcer le rôle des acteurs du secteur privé, de la société civile intervenant dans l’agriculture et des Centres de Formation Agricoles (Cfa) afin d’accroître l’emploi des jeunes, c’est l’objectif général du projet Agrijob Booster Bénin. Trois mille jeunes sans emplois et sous-employés dans cinq communes du Borgou que sont Parakou, Tchaourou, N’dali, Bembéréké et Sinendé en quête d’un auto emploi décent ont été sélectionnés pour bénéficier directement de l’action d’Ajb. Ils seront répartis dans cinq Centres de Formation Agricoles identifiées à cet effet. Il s’agit des Lycées Techniques Agricoles de Ina et de Kika, du Centre Songhaï de Atagara, du centre Cefop à Parakou et du Centre de Perfectionnement en Sciences Agronomiques (Cepesa) de l’Université de Parakou. Les capacités de ces centres seront renforcées afin de proposer aux jeunes des formations accessibles et axées sur la demande. Les services offerts aux jeunes par Ajb sont de cinq ordres : les services d’emploi salariés, les services de développe de développement de l’entrepreneuriat, les services aux entreprises, les services aux centres de formation et les services aux communes partenaires. Devant les bénéficiaires qui ont fait le plein de l’amphithéâtre mille, le Directeur Général d’Ajb a reprécisé la vision derrière cette initiative : « A travers le projet AgriJob Booster Bénin, il s’agit de renforcer le rôle des acteurs, et du privée, et de la société civile et des centres de formation afin d’accroître l’emploi et l’entrepreneuriat des jeunes » a déclaré Philippe Akpaki dans son discours. Cela est parti du constat selon lequel le Borgou est l’une des régions où le taux de chômage et de sous-emploi des jeunes est le plus élevé alors qu’il présente en même temps la plus faible couverture en intervention sur l’emploi des jeunes. Il faut donc inverser la tendance et les responsables du projet comptent y arriver, mais non sans l’appui du gouvernement. Le représentant du Directeur Général de l’Anpe à la cérémonie,a reconnu que le projet s’inscrit dans la droite ligne du Programme d’Action du Gouvernement : « Vous n’êtes pas sans savoir que le Programme d’Action du Gouvernement 2016-2021 a prévu un volet pour la promotion de l’emploi. Et pour atteindre l’objectif, une politique nationale d’emploi a été adoptée cette année et qui part de 2020 à 2025 » a dévoilé Félix Tossou. Le Préfet du Borgou dans ses propos s’est réjoui du choix porté sur son département et a exhorté les trois mille jeunes choisis à faire preuve d’abnégation pour profiter de cette opportunité d’emploi qui s’offre à eux. De son côté le représentant du consortium Ajb, Jean Kpétéré a fait remarquer que : « Partout dans le monde, les jeunes femmes et hommes apportent une contribution importante en tant que travailleurs productifs, entrepreneurs, consommateurs, citoyens, membres de la société civile et agents de changement. Leurs énergies et leurs capacités d’innovation sont des ressources inestimables qu’aucun pays ne peut se permettre de gaspiller ». Précisons pour finir que le projet AgriJob Bénin est présent dans plusieurs autres pays africains à savoir le Burkina Faso, le Tchad et la Sierra Leone. Le lancement dans le Borgou s’est déroulé autour du thème : « Emploi des jeunes : quel enjeu pour la jeunesse dans les communes »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.