Sécurité alimentaire : Obasanjo plantera 500 hectares d’ignames au Bénin

0 89

L’ex-Président de la République Fédérale du Nigéria Olusegun Obasanjo ambitionne de produire sur le sol béninois 500 hectares d’ignames. La commune de Kétou, dans le sud-Bénin, est la localité choisie pour implanter ce projet agricole de grande envergure.

Jacques D. BOSSE

La production d’igname connaitra bientôt une hausse au Bénin. Et pour cause, l’ancien Président du Nigéria, Olusegun Obasanjo est en passe de produire dans la Commune de Kétou 500 hectares de ce tubercule sur le sol béninois. Accompagné d’une délégation béninoise conduite par le Ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni et son collègue de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, Raphaël Akotegnon, l’ex dirigeant de la République Fédérale du Nigéria a visité le jeudi 12 août dernier le site devant abriter son projet. Le domaine est situé à Igbo Olokoïko, un hameau du village frontalier d’Egbèdjè dans la Commune de Kétou, département du Plateau. Les travaux ne devraient pas tarder à démarrer puisque sur place Olusegun Obasanjo a donné les instructions à ses collaborateurs pour le démarrage de l’exploitation du terrain dans les plus brefs délais. A travers cette production à grande échelle, celui qui a dirigé le Nigéria à deux reprises s’inscrit parfaitement dans la vision du gouvernement béninois de faire du Bénin une puissance agricole régionale. Dans une opinion intitulée « Mon retour vers l’agriculture africaine » publiée il y a quelques années, Olusegun Obasanjo explique que l’agriculture est la meilleure opportunité pour mettre fin à la malnutrition et à la faim en Afrique, tout en créant de l’emploi et augmenter les revenus. Depuis son départ du pouvoir en 2007, l’ancien militaire et homme d’Etat a fait de l’agriculture sa vraie passion. Dans sa ferme d’Otta au Nigéria, il élève une variété d’animaux tout en associant la production végétale. Il est d’ailleurs devenu l’éleveur de volailles le plus riche du continent africain grâce à ses prouesses réalisées dans ce secteur. C’est donc un fermier de premier plan qui vient s’installer au Bénin. Loin des querelles politiques et diplomatiques entre le Bénin et le Nigéria marquées notamment par la fermeture des frontières terrestres entre les deux pays entre août 2019 et décembre 2020, l’ancien Président de 84 ans veut contribuer à la révolution agricole au Nigéria, au Bénin et sur l’ensemble du continent. Ce projet qui s’inscrit dans un partenariat public-privé, apparaît clairement comme un vrai défi lancé aux opérateurs économiques béninois mais aussi à la classe politique du Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.