TRANSFORMATION DE L’AGRICULTURE : « Nous avons à distribuer 150 mille plants greffés » dixit Issiakou Moussa.

0 117

Le projet Pro-Cashew est un projet sous-régional qui vise la promotion de la filière anacarde. Lancé en avril dernier, il est implanté dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest dont le Bénin. Au Bénin, les représentants du projet ont procédé à la distribution de 25 mille plants greffés d’anacarde au profit des producteurs. L’objectif est d’atteindre d’ici 2024, année de la fin du projet, 150 mille plants greffés distribués. Pour mieux connaître ce projet et surtout comprendre les modalités de distribution de ces plants greffés, votre journal ¨ Agri Impact¨ s’est rapproché du Représentant pays, Issiakou Moussa.

Propos recueillis et transcrits par Jacques D. BOSSE

AGRI IMPACT : Le projet Pro-Cashew, un projet sous régional pour le développement du secteur anacarde. Que doit-on savoir d’autres sur ce projet ?
Le projet Pro-Cashew est un projet qui est financé par le Département de l’Agriculture Américain (Usda) et qui est mis en œuvre par Cultiver de Nouvelles Frontières dans l’Agriculture (Cnfa). C’est un projet régional qui est dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Nigéria. Le siège régional est basé à Abidjan en Côte d’Ivoire. Au niveau de chaque pays, il y a une équipe de mise en œuvre du projet. Moi je suis dans l’équipe du Bénin entant que Représentant pays pour la mise en œuvre des activités. Le projet a démarré en avril dernier et prend fin en septembre 2024. Nous avons à travailler avec les producteurs, les usines, les pépiniéristes et aussi les Prestataires de Service Privé (Psp) qui se chargent d’aider les producteurs à faire des réalisations et des entretiens. Tous ceux-là seront impliqués dans la mise en œuvre du projet.
Déjà dans la mise en œuvre du projet vous avez procédé le mardi, 13 juillet 2021 au lancement de la campagne de distribution de plants greffés au profit des producteurs. Expliquez-nous.
Au niveau du projet Pro-Cashew, les actions qui sont prévues c’est d’accompagner les efforts du Gouvernement béninois dans la promotion de la filière anacarde et à l’intérieur de cet ensemble il y a la production qu’il faut améliorer à travers l’utilisation du matériel végétal performant que nous appelons les plants greffés. Il y a également les usines qu’il faut accompagner pour encore les amener à être plus professionnelles dans leurs activités. Donc pour le lancement des plants greffés, il s’agit en fait d’une subvention que le projet apporte aux petits producteurs. Ceci en tenant compte de la politique du pays. Aujourd’hui, l’Agence Territoriale de Développement Agricole pôle 4 (Atda4) qui est l’agence coordonnant toutes les interventions de Cajou au Bénin, travaille dans ce sens avec les autres projets qui subventionnent la production des plants greffés au profit des producteurs. Donc le projet Pro-Cashew a proposé de s’aligner sur ces actions pour qu’ensemble avec cette politique du Gouvernement que le Ministère de l’Agriculture à travers l’Atda4 met en œuvre pour soutenir les producteurs avec le matériel végétal performant.
Pourquoi les plants greffés et comment ces plants sont obtenus ?
Ceci parce qu’aujourd’hui, le rendement de l’anacarde au Bénin tourne autour de 400 kilogrammes à l’hectare. Ce qui est très faible par rapport aux autres pays, alors il faut travailler pour l’accroissement du rendement. C’est ça que le Gouvernement a bien compris en demandant à ce que les pépiniéristes soient accompagnés par la recherche nationale, les autres agences, pour avoir le matériel végétal performant. Nous avons souhaité au niveau du projet Pro-Cashew s’aligner sur la politique du Gouvernement. Dans ce cadre, dans notre programme, nous avons à distribuer 150 mille plants greffés donc nous venons de démarrer avec 25 mille plants.
Parlant des bénéficiaires du projet, suivants quels critères les producteurs sont choisis ?
Les producteurs dont il est question ce sont prioritairement les producteurs membres des coopératives. Ceci pour donner plus de visibilité aux actions. Nous avons choisi travailler avec les producteurs organisés plutôt que de prendre des producteurs pêle-mêle. S’il y a certains producteurs dans des villages qui travaillent directement avec des usines, nous pensons aussi que nos actions peuvent également les toucher parce que tout ce que nous sommes en train de faire, la finalité, c’est pouvoir mettre aussi les producteurs en lien avec les usines pour pouvoir bien approvisionner ces usines en matières premières afin que la transformation au niveau de notre pays puisse prendre plus d’ampleur. C’est donc une subvention. Le producteur allait prendre le plant au-delà de 500 francs cfa. Mais notre projet donne une partie et demande seulement aux producteurs de donner 100 francs Cfa par plant.
Comment appreciez-vous l’implication de ces producteurs ?
L’engouement est là parce que tous les producteurs ont déjà payé leur contribution. C’est d’abord le point de départ. Avec les pépiniéristes on a travaillé ensemble et ils nous ont rassuré de la disponibilité des plants parce qu’en fait, cette année ce n’était pas prévu de distribuer les plants mais on a voulu quand même faire ce petit essai. Je crois que ça a marché. Tous les producteurs ont donné leur contrepartie. Au niveau du projet aussi, les bons de commande sont signés avec les pépiniéristes.
Le projet prend fin en 2024. Est-ce qu’avant cette date les objectifs seront atteints ou il faut déjà prévoir un renouvellement ? Et qu’en est-il de la transformation ?
Vous savez pour ces genres de projets, les indications sont claires. Pour le projet Pro-Cashew, l’intention est de travailler afin qu’il ait un accroissement de 10% de rendement. D’ici 2024 donc on doit pouvoir travailler pour l’amélioration du rendement. En termes de la transformation, le projet n’est pas là pour transformer mais pour accompagner les usines. Vous savez au niveau de ces cinq pays où le projet intervient, la politique des Gouvernements c’est de pouvoir transformer tout au moins 50% de la production nationale. Donc c’est au niveau de cet objectif que le projet Pro-Cashew veut aussi intervenir en accompagnant les usines avec les subventions pour pouvoir atteindre cet objectif du Gouvernement béninois.
Votre mot pour conclure cet entretien
C’est de rappeler que le siège régional du projet est basé à Abidjan et que toutes les actions que nous sommes en train de mener au Bénin c’est toujours avec leur appui et leur autorisation. C’est comme ça que nous fonctionnons. Le responsable du projet là-bas c’est Jean François. Il y a également Olivier CABRE. Tous ceux-là soutiennent les actions du projet au Bénin donc nous travaillons toujours ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.