DON DE MACHINES ET D’INTRANTS AGRICOLES AU BURKINA FASO : Le gouvernement prête main forte aux paysans

0 202

À Ouagadougou s’est déroulée le lundi 6 mai 2024, la remise de dons de plusieurs équipements et intrants agricoles aux producteurs sous la houlette du chef de l’état, le capitaine Ibrahim Traoré.

Mettre fin à la famine et s’auto-suffir en matière d’alimentation vis-à-vis de l’extérieur, est l’objectif poursuivi par du gouvernement Burkinabè, en décidant d’accompagner les agriculteurs. Les agriculteurs Burkinabés ont bénéficié des motopompes, des engrais, des tracteurs, des tricycles, des motos et bien d’autres équipements leur permettant de rehausser la production agricole dès la saison prochaine et de conduire à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire.

Avec un montant total de 78 milliards 297 millions 426 mille 435 de francs CFA les agriculteurs ont reçu très exactement 68 964 tonnes d’engrais, 10 000 litres de produits phytosanitaires, 18 000 tonnes de semences végétales, 2 300 tonnes de semences fourragères. Ils ont reçu également 400 tracteurs, 239 motoculteurs et 710 motopompes et 714 motos distribuées à tous les agents du secteur agricole.
A cela s’ajoutent 10 000 tonnes d’aliments concentrés et poissons aux producteurs.

Selon le Capitaine Traoré Ibrahim un accompagnement en labour est également prévu.  « Le ministère en charge de l’agriculture avait déjà commencé un processus de labour gratuit de 64 mille hectares dans toutes les régions. En plus de cela nous avons décidé d’accueillir un demi-millier de tracteurs. Pour cette saison, ces tracteurs seront utilisés pour labourer gratuitement les terres» explique t-il.

«Aujourd’hui est un jour très heureux pour le monde rural» a déclaré le ministre de l’agriculture, chargé des ressources animales et halieutique, le commandant Ismaël Sombie. Selon lui, l’autosuffisance alimentaire est la deuxième priorité du gouvernement après la lutte contre le terrorisme.

Adama Tamboura représentant des producteurs, après avoir félicite l’initiative du gouvernement, n’a pas manqué de souligner que la réalisation de ce projet est le fruit de plusieurs années de réflexion et de travail. «Nous avions rencontré le ministre à plusieurs reprises et nous lui avions exposé la préoccupation des agriculteurs ». Maintenant, nous sommes sûrs à 60 ou 70% avec ces nouveaux moyens que la récolte sera bonne la saison prochaine se rassure-t-il.

  Alfred pema(stg)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.