GESTION DES CONFLITS ENTRE AGRICULTEURS ET ÉLEVEURS AU BÉNIN

0 233

Le gouvernement fixe de nouvelles conditions d’exercice de la veille pastorale

Que de morts et de dégâts humains et matériels liés aux conflits entre éleveurs et agriculteurs au Bénin ! Le conseil des ministres tenu ce mercredi 8 mai 2024 a décidé de réguler la mobilité du bétail sur le territoire national. Il s’agira concrètement pour le gouvernement de procéder à la relecture du décret en vigueur.

Dans le but de promouvoir une cohabitation pacifique entre agriculteurs et éleveurs et de corriger les incompréhensions liées à la mise en œuvre des textes régissant le pastoralisme, le gouvernement du Bénin a pris la décision lors de sa dernière session hebdomadaire de procéder à la relecture du décret en vigueur. L’objectif visé par cette relecture est d’apporter des précisions sur certaines dispositions et des réponses aux légitimes préoccupations exprimées par les acteurs, pour la résolution définitive des conflits entre éleveurs et agriculteurs.


Le nouveau texte proposé encadre non seulement la transhumance nationale mais organise aussi les espaces pastoraux et crée des comités multi acteurs de concertation pour la cohésion sociale et définit les obligations de chaque acteur. Le nouveau texte selon le compte rendu du conseil des ministres se propose de faire la promotion de la sédentarisation des troupeaux. Pour ce faire, les collectivités territoriales se doivent entre autres de délimiter et sécuriser les espaces et couloirs pastoraux, dans le cadre des plans d’aménagement de leur territoire de compétence; de garantir le libre accès aux plans d’eau naturels; de procéder à un zonage pour l’accès aux ressources pastorales; d’assurer ou de promouvoir les cultures fourragères dans les espaces pastoraux; d’intégrer les espaces pastoraux dans le schéma directeur d’aménagement communal…
Le texte prévoit aussi des dispositions particulières pour chacun des deux acteurs principaux.
Pour l’éleveur-pasteur, il est fait l’obligation de garder de nuit le bétail sous contrôle. Ainsi, il lui est suggéré de l’attacher ou soit de le garder dans un enclos ou un parc sécurisé, quel que soit la taille du cheptel. Il se doit aussi de prendre toutes les dispositions idoines pour éviter la destruction des cultures sur pieds et des produits de récolte.
Quant à l’agriculture, il est intimé l’ordre de respecter les espaces pastoraux et les aménagements destinés aux animaux. Il doit s’abstenir de provoquer l’abattage des animaux et,ou de leur administrer des produits de nature mortifères de quelque manière que ce soit.
Le texte prévoit aussi les sanctions pour chaque acteur qui manquerait à l’une quelconque de ses dispositions. Pourvu qu’il soit le dernier qui mette définitivement fin aux scènes horribles observées habituellement entre éleveurs et agriculteurs.

Nick DIMBO / Contact : 95795555

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.