LE COCOTIER : L’arbre de Vie

0 79

Le cocotier, de son vrai nom scientifique cocos nucifera est une espèce de palmier de la famille des Arecaceae. Cette plante est très utile à l’homme. Découvrez le pourquoi.

Sébastien L. DOFFA

Généralement, on considère que le cocotier est originaire de la Malésie ou de la Mélanésie. Il est aujourd’hui présent dans toute la zone intertropicale humide. On retrouve les cocoteraies dans plus de 90 pays du monde. On estime sa production totale à plus de 62 millions de tonnes par an. La longévité de cette plante dépasse un siècle (100ans). Sa durée de vie économique est estimée entre 5 et 80 ans. Mais certains cocotiers bien plus âgés sont encore couverts de fruits.
Description
Le cocotier est formé d’un stipe ou faux-tronc surmonté d’une large couronne de feuilles. Il mesure jusqu’à 30 mètres de haut. A l’aisselle de chaque feuille se trouve généralement une inflorescence qui se développe en un régime chargé de noix de coco. Son feuillage est persistant. D’aspect relativement lisse et de couleur claire, le stipe porte des marques régulières : chaque feuille produite par la plante laisse une cicatrice en forme de croissant. L’écart entre ces cicatrices permet de distinguer les deux types de cocotier : les Grands et les Nains. Pour toutes les variétés de cocotiers, l’organisation des fruits est similaire. Un épiderme, d’abord coloré, puis gris brun à maturité, entoure une enveloppe coriace et fibreuse appelée « bourre ». Les cocotiers donnent des fruits au bout d’environ six ans. Son fruit est la noix de coco, gros fruit ovale et dur, vert ou jaune qui pèse jusqu’à 15 kg et apparaît sur une spathe entre les feuilles pennées. Sa graine a une enveloppe brune, fibreuse ; sa chair blanche (albumen) fraîche ou séchée (coprah) est comestible, ainsi que l’eau de coco et l’embryon. Les noix de coco vendues sur les marchés ont déjà été débourrées pour réduire leur poids et leur volume. Elles contiennent un liquide opalescent et sucré appelé « eau de coco ». Leur récolte se fait environ tous les deux mois, un cocotier donnant en moyenne 150 à 200 noix de coco par an. Parmi les variétés les plus courantes, on peut citer le « nain jaune de Malésie », le « nain vert du Brésil », le « nain jaune du Ghana », et le « nain vert de la Guinée Equatoriale ». Le cocotier est compté parmi les plus anciennes plantes qui procurent à l’homme des vertus thérapeutiques.
Usages
Parfois appelé « l’arbre aux cents usages » ou « l’arbre de vie », on l’exploite de multiples façons. La pulpe de la noix de coco est comestible. Elle peut également être râpée puis pressée pour en extraire le lait de coco. Les noix de coco immatures contiennent un liquide sucré, l’eau de coco, qui est une boisson rafraîchissante. Sa fermentation naturelle donne une boisson appelée vin de palme. Dans le Pacifique, la pulpe molle est utilisée comme aliment de sevrage pour les bébés. La pulpe séchée, se composant à 60-70% de lipides, est appelée coprah. Celui-ci sert à la fabrication d’huile utilisée dans la confection de margarine. La sève est consommée ou sous forme de sirop. Fermentée, elle peut se conserver et devenir une sorte d’alcool, appelé en anglais toddy. Concentrée et séchée, elle est utilisée pour produire un sucre du nom de jaggery en Inde. Le bourgeon terminal ou « chou » du cocotier est également comestible. La fibre de coco est utilisée pour faire des brosses, des paillassons, des matelas et des cordes. Le fruit est parfois coupé transversalement, poli et entièrement laqué pour servir de cendrier, bac à glaçon ou petit accessoire de rangement décoratif : chapeaux, sacs, ou servir de décoration de fête. En dehors de l’alimentation, le bois de la tige est utilisé pour la construction, il présente un grain très fin mais aussi un aspect marbré décoratif. Le cocotier intervient également dans l’hygiène. Le coprah permet la fabrication de savon et de monoï. Dans l’habillement, la fibre au sommet du cocotier est utilisée comme le tapa pour la confection de costume, de même que la tige centrale de la feuille. La noix de coco débourrée, coupée en deux demi-sphères et laquée, sert de soutien-gorge aux danseuses polynésiennes. La pharmacopée n’est pas du reste dans les nombreux usages du cette plante. En Nouvelle- Calédonie, le bouillon de racines de cocotier est traditionnellement utilisé comme remède contre la diarrhée. Dans ce pays, il est dit que les amendes de coco germées peuvent aider les jeunes garçons à devenir forts et séduisants.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.